Logo en bleu.jpg (19739 octets) HistoRail®, musée du chemin de fer  bout d'rail à gauche.gif (48024 octets)
" Crains qu'un jour, un train ne t'émeuve plus" ( G. Apollinaire)

A la découverte d'un univers ludique et  fascinant pour petits et grands !

30 ans au service de l'histoire et du patrimoine ferroviaires !

Adresse : 20B, rue de Beaufort -  87400 Saint-Léonard de Noblat - Département de la Haute-Vienne-

Région Nouvelle Aquitaine ( Aquitaine - Limousin - Poitou - Charentes)

 

tout le poème ici    

Accueil ] Remonter ] Histoire de la ligne Limoges-Eymoutiers ] [ La porcelaine et les chemins de fer ] Grèves de 1910 ]

 

facebook-icone-9793-48.png (2881 octets) twitter.jpeg (1761 octets)

Si vous avez mis le site en favoris ou signets, pensez à actualiser sur votre navigateur  pour la prise en compte des modifications.

Nous ne pouvons l'assurer automatiquement.

* = dernière mise à jour

Contact-Ouverture & Tarifs *

Coordonnées géographiques:logo_mairie_stleo.jpg (4711 octets)

N: 45°50.008'  E: 1°29.383'

Mises à jour 2017 *

Dernière mise à jour du 13/11/2017

Vers mon blog de Bout d'Rail  

Mis à jour le 13/11/2017

Financement participatif *

Nos Trains miniatures *

Nos collections de matériels réels

La Boutique

Histoire du chemin de fer

Vie artistique d'HistoRail

Chemins de fer russes

L'association gestionnaire

Nos liens préférés *

Plan du site   *

Revue Historail de la Vie du Rail

Mentions légales

Nos financeurs

 

Commune de St-Léonard

Logo CCN.jpg (122144 octets)

Communauté de communes de Noblat

logo cg87.JPG (12792 octets)

Conseil Départemental de la  Haute-Vienne

Nos partenaires

RéMuT

Le Réseau des Musées Techniques ( auprès du CNAM)

logo-remut.png (4827 octets)

logocdz.gif (3394 octets) logo4FF150.jpg (3425 octets)

Vie du Rail.png (73346 octets) logo AHICF petit.jpg (10607 octets)

Logo_quad_RVB petite.jpg (19201 octets) 

 ijaune.gif (8345 octets)

Office de Tourisme de Noblat

CDT 87.jpg (2595 octets)

CDT Haute-Vienne

mozilla.png (16259 octets)

Firefox est notre navigateur

lilo_2.jpg (5685 octets)

Lilo est devenu notre moteur de recherche principal

Logotype-Nouvelle-Aquitaine-2016.png (56798 octets)

 

La création des chemins de fer et celles de lignes reliant divers provinces, villes et pays est intimement liée aux besoins économiques.

La ville de Limoges, capitale du Limousin, était une des 10 villes les plus développées de France au 19è siècle. Elle fut atteinte par le chemin de fer dès 1856.

Outre les diverses productions industrielles ( chaussures, draps, imprimerie,..) la porcelaine occupait dès 1765 une grande place dans la production. 10 000 salariés étaient employés seulement à Limoges dans les manufactures de porcelaine à la fin du 19è siècle.

L'arrivée du chemin de fer fut âprement défendue par la municipalité et la Chambre de Commerce, réclamant une gare dans le centre de la ville, ce qui n'était pas toujours le cas dans d'autres villes qui craignaient l'installation d'ouvriers lors de l'aménagement des gares et ensuite dans les nouveaux quartiers populaires autour de ces gares.

L'expansion et la renommée grandissante de la porcelaine de Limoges dans le mondre rendait nécessaire l'arrivée imminente du chemin de fer pour exploiter les retombées du commerce extérieure et permettre une approche des ports de l'Atlantique car la porcelaine de Limoges s'exportait déjà de mieux en mieux aux États-Unis.

Une autre retombée "involontaire" du chemin de fer sur l'industrie porcelainière fut l'importation de charbon. Les fours de 1400° nécessaire à la cuisson de la porcelaine dure utilisaient le bois du Limousin depuis la fin du 18è siècle, transporté par flottage sur la Vienne, d'où la présence du port de Naveix à Limoges. Cela eut pour conséquence la dévastation des forêts. En outre la conduite du feu qui doit être impérativement la plus régulière n'était pas facile avec le bois. La construction de fours à charbon se généralisa grâce au chemin de fer qui permît l'importation du meilleur charbon français.

Les manufactures se développèrent tant que des centaines de cheminées crachaient des lueurs rouges la nuit ( les fours devaient chauffer durant plusieurs jours lors d'une cuisson de centaines de pièces), donnant ainsi le surnom de "Limoges la rouge". D'aucuns considèrent que ce surnom vient aussi de la radicalisation ouvrière propre à la classe ouvrière limougeaude et surtout à celle des manufactures porcelainières.

Il reste un dernier magnifique témoin de ces fours dits à globe, le four des Casseaux dans l'ancienne manufacture Royale de Limoges sur les bords de la Vienne à Limoges.

A Saint-Léonard, l'implantation de la porcelaine n'attendit pas l'arrivée du chemin de fer en 1881. Car dès les années 1810, Pouyat créa une manufacture qui fit la renommée du "blanc" de Limoges, donnant son nom au "blanc de Pouyat". Aujourd'hui, elle abrite les Porcelaines Coquet, très célèbres.

Mais le chemin de fer accéléra l'industrialisation de la Vallée.

Au gré de la fermeture progressive et de leur modernisation des manufactures, il reste 2 entreprises porcelainière à Saint-Léonard et un certain nombre à Limoges.

Nous vous donnons ci-dessous une photo d'un prospectus réalisé par les Porcelaine Carpenet. Il vous apportera quelques explications sur les procédés. La manufacture est visitable chaque jour.

carpenet.jpg (199578 octets)